Cyclope anime le cocktail du temps fort Alumni

5 octobre 2016. 13h. La nouvelle tombe, Jean-Pierre Sauvage obtient le Prix Nobel de Chimie. La salle master entre en effervescence. Est-ce que le quizz que nous animons ce soir lors du temps fort Alumni est à jour sur la question des Prix Nobel strasbourgeois ? Et oui ! L’association Cyclope a été contactée par le réseau Alumni de l’Université pour animer un quizz à l’occasion de l’anniversaire de la plateforme. Elle permet aux étudiants actuels comme aux anciens de s’informer sur l’emploi et créer du contenu en faisant vivre le réseau social. Par exemple, le master communication scientifique possède un groupe où des offres d’emploi, de stage peuvent être postées par les membres. Si vous n’êtes pas encore inscrits, c’est le moment de montrer que l’histoire de notre master s’écrit de génération en génération sur Alumni.

16h30. Thibault a la pression. Il s’entraîne encore et encore à l’aide du beau PowerPoint qui a séduit les organisatrices. Les membres de l’association qui ont participé à l’organisation de l’évènement discutent, s’amusent et attendent surtout le moment où Cyclope va rayonner à l’échelle universitaire.

newsletter

18h00. L’heure de rendez-vous, pour régler les aspects techniques comme l’ordinateur, le projecteur, le micro et les stylos … Mince, personne n’a pensé aux stylos. Une course aux stylos démarre. L’organisatrice nous apprend que ce même soir une conférence dans le bâtiment en face a lieu pour le Prix Nobel de M. Sauvage et qu’une grande partie du public actuel risque d’y assister. Elle souhaite annuler le quizz. Mais pour le temps passé à le concevoir, Cyclope tient bon et joue pour la beauté du geste.

18h30. Le cocktail commence. La salle est comble et se prend au jeu. Les questions défilent. Les questionnaires se remplissent. Pour ceux qui se posent la question, oui, nous avons eu pile le bon nombre de stylos ! A la fin de l’évènement, l’annonce du gagnant permet à tous de relâcher la pression et de profiter du cocktail.

20h00. Les petits fours étaient bons.

Anaïs Degert